top of page

Vibration : le langage de la psyché

Pendant que je suivais les cours d'orientation professionnelle à l'école, il y a tant d'années, je n'aurais jamais imaginé que, des décennies plus tard, je choisirais les mots « sensible professionnelle », entre autres, pour essayer de décrire, un tout petit peu, ce que je faisais pour gagner ma vie de manière particulière. Deux mots pour résumer la manière dont j'ai appris à utiliser mon corps comme une sorte de baromètre pour ressentir l'état émotionnel et mental des gens, afin de les aider à identifier et à démonter les croyances qui les bloquent. Le mot "empathie" s'en rapproche, mais il manque de nuances. Je suis une observatrice qui s'est entraînée à prêter attention aux sensations qu'elle ressent et qui essaie ensuite de trouver une sorte de langage pour les décrire avec justesse. J'ai passé mes années en tant qu'agent immobilier à traduire du français à l'anglais pour aider les gens à acheter leur maison à la campagne en France, et pourtant, d'une manière ou d'une autre, je suis devenue en quelque sorte une traductrice de la vibration, le langage de la psyché. Ce n'est pas une compétence exceptionnelle. Nous sommes tous des experts dans ce domaine et nous le pratiquons en permanence, mais la plupart d'entre nous ne prennent pas le temps de s'en rendre compte.


Depuis que j'ai pris conscience de ma capacité à percevoir la force vitale (qi/ki/prana/éther/quintessence/insérez votre propre terminologie), j'ai été fascinée par la manière dont son mouvement est simultanément influencé par notre état mental et émotionnel, et par la manière dont il influe à son tour sur notre corps physique et sur notre environnement énergétique collectif. Je sais qu'il y a beaucoup de choses qui sont destinées à rester au-delà des limites de notre cognition, mais cela n'a jamais empêché ma curiosité de savoir pourquoi une énergie se sentait chaude et excitée sous mes mains, avec une vibration rapide et un mouvement vers le haut et l'extérieur, alors qu'une autre se sentait froide, lourde, dense, contractée, fermée et sans vie. Quels sont les processus inaperçus qui font que l'atmosphère autour d'une personne est instable, chaotique et électrique, alors que l'ambiance autour d'une autre ne peut être ressentie que très discrètement, mais peut plutôt être perçue comme un état diffus à l'écart du corps, un peu comme la chaleur qui se dégage de la route par une journée chaude ; un changement dans la texture de l'environnement vibratoire ?


L'art de la compassion par Alex Grey


Ces dernières années, j'ai cédé à cette curiosité insatiable et me suis plongé dans toutes sortes d'études anciennes et modernes afin d'acquérir une sorte de cadre de référence qui me permette de mieux comprendre ces processus, combinés à une conscience de soi rigoureuse, à un auto-examen sans relâche et à un regard attentif sur les tendances au sein de la collectivité au sens large.


L'un de mes passe-temps favoris au petit matin, créature étrange que je suis, est de me demander allongée dans mon lit : « Qu'est-ce que je ressens en ce moment ? » ou

« Comment je me sens ? ». Avec de l'entraînement, j'ai été surpris de constater que j'étais capable de distinguer la sensation d'une éruption solaire imminente de celle créée par le déclenchement d'un grand tremblement de terre ou d'un volcan.


J'ai été encore plus surprise de constater que ces fluctuations électromagnétiques pouvaient être recoupées avec des données vérifiables provenant du site web de la météorologie spatiale de la NASA ou de sources géophysiques. En y prêtant davantage attention, j'ai réalisé qu'à certains moments, lorsque Mars se trouvait dans une certaine relation géométrique avec l'horizon terrestre, je me sentais stimulé, l'énergie que je sentais circuler dans mon corps était active et demandait à bouger, et si ce processus était restreint d'une manière ou d'une autre, je me sentais irritable, voire en colère. La présence de Saturne me semblait souvent pesante, responsable, voire déprimante, alors qu'une autre planète à proximité de l'horizon terrestre pouvait apporter une pépite de perspicacité. Certaines de ces sensations sont nettement disharmonieuses et chaotiques et ont la capacité de me laisser un sentiment étrange de déséquilibre, sans que je sache vraiment pourquoi.


Comment cela se passe-t-il en pratique ? Je peux me réveiller avec une sensation très spécifique, fine, vibrant dans ce qui semble être les molécules de mon corps, ou une sensation d'énergie en mouvement. Généralement, mon esprit s'efforce alors de donner du sens aux vibrations que je ressens. Souvent, il commence alors à offrir un contexte par le biais d'images, de couleurs, de mots et de symboles qui ont un sens pour moi. L'esprit adore chercher du sens et dispose d'un talent merveilleux pour interpréter les données vibratoires d'une manière aussi variée et diversifiée que nous le sommes. Il peut s'agir d'un mot, d'une phrase, d'un symbole astrologique, d'une couleur, d'un sentiment, d'une formule mathématique, d'une interprétation musicale ou d'une langue différente. Les possibilités sont infinies.


Alors que le mental cherche à comprendre les sensations initiales, des mots aléatoires peuvent rapidement commencer à se structurer en phrases courtes, en croyances, en jugements et en émotions. Parfois, des pensées semblent émerger des vibrations. Une vibration particulière peut stimuler le souvenir d'une expérience passée, à laquelle nous avons involontairement cultivé et ancré une croyance, ainsi qu'une émotion qui lui est associée (la déception par exemple). Le mouvement de la pensée produit invariablement une sorte d'e-motion (énergie en mouvement), même si elle n'est pas nécessairement très chargée. Si nous sommes attentifs, nous pouvons réagir de manière consciente et commencer à nous poser des questions telles que « d'où vient cette croyance ? », ce qui nous permet de remettre en question la véracité de nos croyances. Si nous ne sommes pas attentifs, ces sensations subtiles peuvent influencer notre état d'esprit et notre comportement tout au long de la journée.


Dans le cadre de mon travail avec mes clients, je tombe très souvent sur des croyances, des jugements et des émotions inconscients. Souvent, elles sont ancrées dans un sentiment passé d'inadéquation, de ne pas être "assez" d'une manière ou d'une autre. Elles peuvent provenir d'un traumatisme, de la peur de l'échec ou d'un sentiment de déconnexion. Souvent, il ne s'agit même pas de croyances issues d'une expérience personnelle, mais d'enseignements reçus de la famille au cours des années de formation. Elles ont un "feeling".


Les énergies collectives, celles d'une multitude d'êtres humains pensant et se comportant de la même manière, la conscience collective de l'humanité, peuvent déplacer l'énergie et nous faire réagir de la même manière. Parce que les énergies collectives sont amplifiées, elles inspirent par conséquent une réponse plus puissante. Bien souvent, nous y réagissons instinctivement, au lieu de prendre le temps d'y réfléchir avant d'opter pour une réponse plus constructive et plus enrichissante.


Parfois, ces sensations énergétiques sont accentuées dans les heures qui précèdent un événement important. De nombreux hypersensibles témoignent de leur qualité précognitive. Par exemple, dans les heures qui ont précédé l'attentat contre Charlie Hebdo il y a quelques années, alors que je ne faisais rien de plus que m'allonger dans la baignoire, mon cœur s'est mis à battre comme si j'étais en train de faire du jogging. Ou encore la fois où j'ai ressenti une sensation particulière, non physique mais néanmoins écrasante au niveau du centre du cœur et une grande gêne respiratoire qui m'a poussé plus tard à me rendre chez le médecin pour un contrôle. Quelques heures plus tard, des milliers de personnes s'étaient rassemblées dans les rues pour soutenir le mouvement Black Lives Matter, en scandant « I can't breathe » (je ne peux pas respirer).


Que m'ont appris toutes ces bizarreries ? Elles m'ont clairement démontré qu'il existe des influences cosmiques et collectives en jeu ; des dynamiques énergétiques de pousser-tirer entre les corps célestes et la terre, provoquant des sensations en nous et autour de nous, dans nos atmosphères intérieures et extérieures, que nous décrivons comme des sentiments, des pensées et des émotions. À la recherche d'un langage pour les caractériser, nous nous disons, sans réfléchir, "je suis en colère" ou "j'en ai marre". L'esprit s'invente alors des histoires pour essayer de donner un sens aux sensations et à tous les sons et lumières qu'il interprète. Nous réagissons tous à ces stimuli vibratoires de manière unique, en fonction de notre constitution élémentaire particulière, de notre environnement (saison, climat, atmosphère, constitution géologique, altitude, personnes qui nous entourent, etc.) et de nos expériences de vie individuelles qui nous fournissent les filtres à travers lesquels nous appréhendons la vie.


Nous ne sommes pas obligés de réagir à ces sensations. En devenant plus conscients, nous réalisons que nous sommes capables de les observer et de les laisser nous traverser comme le temps cosmique, parfois rapidement, parfois plus lentement, sans avoir nécessairement besoin de nous en occuper. Nous pouvons les laisser nous informer, nous pouvons travailler avec eux pour mieux les comprendre, nous pouvons les utiliser pour nous amener à quelque chose de plus confortable et agréable, et nous pouvons toujours choisir des réponses plus mesurées. La plupart des gens ne s'en rendent même pas compte, ils se laissent simplement déboussoler. Moi aussi, bien souvent, je ne m'en aperçois pas. J'apprends encore à être attentive et à me pardonner quand j'oublie et je deviens réactionnaire. La plupart d'entre nous n'ont jamais appris cela.


Avons-nous une emprise totale sur l'ensemble de ces processus ? Non, les dynamiques évolutives sont bien plus puissantes que nous. Nous devrons inévitablement parcourir certains chemins énergétiques. La manière dont nous les empruntons, cependant, est entièrement de notre volonté et le niveau de notre conscience individuelle et collective déterminera la manière dont ces énergies se manifesteront.


Certains processus générés par soi-même ou par la collectivité ont simplement pris trop d'ampleur et il est préférable de les accepter et de les laisser suivre leur cours. Cependant, je suppose que, la cohérence mentale et émotionnelle de grands groupes d'humains peut avoir une influence considérable et un impact sur l'environnement énergétique qui, à son tour, a le potentiel de provoquer des changements atmosphériques, chimiques et physiques. Est-ce que je crois que nos énergies collectives ont le potentiel de stabiliser ou de déstabiliser l'activité électromagnétique sur la terre ou la météo ? Oui, probablement.

Faites-en ce que vous voulez.


Pourquoi tout cela est-il important ? Pendant les périodes dans lesquelles les énergies sont extrêmes, intenses, erratiques, il est trop facile de réagir, plutôt que de répondre consciemment aux stimuli cosmiques et collectifs. Historiquement, certaines combinaisons planétaires ont déclenché de grands mouvements révolutionnaires et ont apporté des changements radicaux. Ces périodes de crise et d'effondrement chaotique sont souvent marquées par un démantèlement des structures, des gouvernements et des systèmes devenus intenables. Elles sont souvent accompagnées de grandes batailles, de traumatismes, de pertes humaines, de maladies, d'événements géophysiques ou d'un dénuement si important que les personnes touchées n'ont pas d'autre choix que d'évoluer.


Ceci est un aimable petit rappel que la transformation ne doit pas nécessairement passer par la guillotine, les catastrophes ou la troisième guerre mondiale. Elle peut se réaliser autrement, de manière plus douce et moins radicale. Grâce aux progrès technologiques, en sortant des sentiers battus que nous nous sommes forgés. En cultivant la compassion et en prenant conscience de notre interdépendance. Nous avons oublié comment ressentir, comment écouter réellement et comment rompre nos habitudes comportementales. Nous faisons tout notre possible pour nous distraire des sensations désagréables ou pour en atténuer les effets. Collectivement, nous pouvons faire changer les choses, mais pour cela, il faut que chaque individu se mette à cultiver la connaissance de soi.


IIl est temps de nous autoriser à ressentir à nouveau. Ressentir plus et juger moins.

Peta Morton


5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page